Topsite
Le forum est officiellement ouvert.
Nous vous demandons de fournir au moins dix lignes lors de vos RP.
Le RP se déroule actuellement en 2040.
Les doubles-comptes sont autorisés sans condition jusqu'au 2 mai inclus.
Derniers sujets
» Celeste Johnson [100%]
Ven 2 Juin 2017 - 18:28 par Celeste Johnson

» [Mission 1] Convocation
Mar 18 Avr 2017 - 15:08 par Amelia Bingtreah

» [Inscriptions] Mission n°1
Jeu 13 Avr 2017 - 16:01 par Ace Argone

» Patch de version 1.01
Mer 12 Avr 2017 - 18:19 par Ace Argone

» U.S. Bank Stadium
Mer 12 Avr 2017 - 18:00 par Maître du Jeu

» City Hall
Mer 12 Avr 2017 - 17:55 par Maître du Jeu

» Central Library
Mer 12 Avr 2017 - 17:54 par Maître du Jeu

» Bestiaire
Mer 12 Avr 2017 - 14:29 par Maître du Jeu

» PNJ importants
Mer 12 Avr 2017 - 14:19 par Maître du Jeu


Partagez | 

Jayden Demers


Dim 5 Mar 2017 - 22:46

HRP : Le RPGiste


Comment avez-vous connu Less Is More ? : Par le fondateur !
Quelle(s) est/sont la/les raison(s) de votre inscription ? : Je me suis laissée tenter malgré un contexte qui ne m'emballe pas trop. Je suis surtout intriguée par l'aspect JdR et l'automatisation de certaines mécaniques !
Est-ce un changement de personnage ? : Non
Est-ce un double-compte ? : Non
Quelque-chose à rajouter ? : Félicitations à nouveau pour tout le travail apporté. J'ai hâte de découvrir tout ça !

RP : Le personnage


Identité


Réelle identité : Jayden Demers
Date de naissance : 6 novembre 2012
Nationalité : Canadienne
Raison de la présence aux USA : Commerciale devenant presque religieuse et bercée par un projet fou, ou idéaliste.

Histoire rapide


Vous savez, parfois, on est clairement pas préparé à ce qui nous attend. Du jour au lendemain, tout peu basculer, sans qu'on ait la main sur notre destin. Oui, je voyais bien que mon Canada allait mal, je remarquais également que les ventes agricoles de ma famille à Edmonton marchaient pas bien fort, je n'étais pas aveugle non plus. J'étais l'aîné de la fratrie et c'était à moi qu'incombait la tâche de partir à la conquête de nouveaux marchés. C'était un peu la routine pour moi, j'avais déjà parcouru à plusieurs reprises les terres froides du Canada. Mais cette fois-ci, c'était différent, je devais passer la frontière. Je devais me rendre aux États-Unis. J'étais clairement effrayé à cette idée, mais si ma famille voulait continuer à vivre, je n'avais pas le choix. Bientôt, les récoltes produites part nos soins seraient volées, tuées, en proie au banditisme de ces dernières années, en proie à la nouvelle folie de ces années 2020.

Je n'étais pas bien âgé lorsque la rumeur d'un remède contre le cancer était parvenue à mes oreilles. Je devais avoir neuf ou dix ans peut-être. Je voyais mes parents le sourire aux oreilles ; mamie allait pouvoir être sauvée. Je ne comprenais pas exactement l’engouement autour de cette annonce, mais tout le monde avait l'air heureux, alors moi aussi. Mes deux frères et mes deux sœurs ne doivent même pas s'en rappeler, deux d'entre eux n'étaient même pas nés. Du haut de ma petite décennie, j'étais bien incapable d'imaginer ce qui nous attendait. Ma grand-mère a été soignée mais c'est mon grand-père qui est parti quelques années plus tard, en 2024. Alors que les sourcils froncés de ma mère creusaient des sillons sur son front et que mon père s’acharnait à maintenir l'entreprise familiale à flots. Il n'en avait pas fallu beaucoup plus pour que j'arrête mes études juste après le collège afin de les aider. Ils vieillissaient, je leur devais bien ça. Leur air soucieux m'y avait aussi forcé.

Durant ces années, j'ai pratiqué la politique de l'autruche. Je me persuadais que ce n'était qu'une folie passagère, que toutes ces émeutes allaient se calmer. Après tout, autour de la ferme, tout n'était que silence. Et mort. Bientôt, les émeutiers s'en prirent à nos bêtes, laissant derrière eux une sale réputation à notre ferme. Pire encore, mon père y laissa sa vie pour tenter de les protéger. Quelles étaient les réelles motivations de ces fous ? Tenter d'affamer la population en tuant leur moyen de subsistance ? Aujourd'hui encore, mes questions restent sans réponse même si plusieurs hypothèses restent plausibles.

Pour éviter à tout prix ce genre de problème, ma mère a décidé de modifier notre production. Nous avons donc échangé les bêtes contre des produits agricoles. Nous sommes devenus vendeurs de blé, de maïs et autres céréales. La vie gardait un rythme soutenu mais les ventes ne suivaient pas. Et en 2030, quatre ans après l'assassinat de mon père, je me mis à parcourir les villes du Canada espérant trouver de nouveaux marchés, de nouveaux moyens de subsistances. C'était la première fois que je voyais l'ampleur du désastre. Ces gens entassés, rivés devant des écrans qui, décidément, ne leur annonçaient que des mauvaises nouvelles. Des attentats, partout. Le Canada était loin d'être épargné, le Québec voulait retrouver son indépendance et se rapprocher de l'Europe alors que la partie Anglais était plongée dans une anarchie aussi forte qu'aux États-Unis. Les prix des vols pour le Vieux Continent avaient explosé. Je me demandais secrètement ce qu'espéraient les gens en partant pour la France, le Royaume-Unis ou l'Allemagne. Ne se rendaient-ils pas compte que la situation était la même -ou pire- qu'ici ? Cela me faisais soupirer, mais le pire était de rentrer bredouille à la ferme proche d'Edmonton.

Elle restait mon havre de paix. Mais une paix bancale, à un cheveux de la ruine. Durant ces années, je vis ma mère vieillir d'un coup, mes frères et sœurs maigrir à vue d’œil. Pourtant, ils faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour que tout revienne en ordre. Alors que j'approchais des vingt-cinq ans, mon frère cadet avait poursuivit des études de droit, s'acharnant à essayer de comprendre ce nouveau monde. Il n'y avait plus aucun métier pour lui durant ces temps troublés, il se retrouvait donc dans une position de penseur, tel un philosophe. J'avais énormément de respect pour lui, il me permettait de garder espoir. Mieux encore, il se forçait à nous enseigner son savoir. Malheureusement, j'étais trop peu à la maison pour en profiter. Mon second frère avait repris le flambeau de mon père, malgré son jeune âge, tentant vainement de faire marcher la production. Quant à mes sœurs, l'une écoutait avidement mon premier frère et l'autre était bien trop jeune pour faire quoi que se soit.

Il fallait que je réagisse. J'avais vainement tenté de faire fleurir les affaires au Canada, sans succès. Je devais tenter une nouvelle approche et partir pour les USA, ancien pays des Droits de l'Homme. Il fallait donc que je passe la frontière, la plus proche étant celle avec le Montana. Malgré toutes mes précautions, on avait du me repérer. Le 30 août 2037 je me fit attaquer par une bande de hors-la-loi. Impossible de savoir ce qu'ils voulaient de moi. Ils m'ont pris tout ce que j'avais et plus encore me laissant ensuite pour mort sous une chaleur étouffante.

Je m'étais réveillé bien des semaines plus tard, grelottant malgré la chaleur et couvert de cataplasmes. Il m'avait fallu peu de temps pour comprendre qu'on m'avait offert l'asile dans une réserve Indienne, celle de Fort Peck. Ils m'avaient soigné et avaient pris soin de moi durant toute ma convalescence. Je leur étais redevable mais j'étais bien trop faible et anéantis pour continuer ma route. J'avais donc décidé de rester quelques mois avec eux. Leur enseignements furent d'une richesse inouïe. J'étais déjà familier avec les bêtes, leur dépeçage et leur préparation. Mais eux avaient une toute autre manière de voir les choses et cette vision parvenait à me redonner foie en l'Humanité. Je restais donc persuadé qu'il y avait un espoir, aussi infime soit-il, de retrouver un équilibre en la nature et l'homme.

En 2038 je décidais tout de même de mettre les voiles. Les Indiens avaient été d'une infinie bonté et fort de mes nouvelles résolutions, j'avais décider de propager ce savoir du mieux que je le pourrais. Bien sûr, ma famille restait dans un coin de ma tête, mais après les avoir quitté si longtemps, je ne pouvais me résoudre à revenir les mains vides. C'est ainsi que je partais vers l'Est, vers les grands lacs, parcourant les différents territoires Indiens et y trouvant toujours un refuge agréable. Je vagabondais à cheval, chassant pour me nourrir et fuyant les moindre villes, hors de question de me faire piller à nouveau. Même si j'étais maintenant bien plus fort, même si j'étais devenu habile à l'arme blanche, je ne voulais prendre aucun risque. Pourtant, mon chemin croisa celui d'un village tranquille aux allures aussi champêtre que moderne. La volonté de ses habitants à vouloir construire quelque chose sur de nouvelles bases me séduit immédiatement. L'idée germa dans ma tête, c'est à partir d'ici que je construirais mon nouvel idéal de vie et de ville.

Minneapolis était une petite bourgade tranquille durant l'année 2038. J'y avais rapidement trouvé ma place étant donné mes talents de chasseur, d'artisan, de cuisiner ou même de charpentier. L'ambiance était douce et sereine. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Petit à petit, les réfugiés trouvèrent le même chemin que moi quelques années plus tôt, se massant devant les portes de la ville. Voici que les habitants étaient obligés de faire passer des « entretiens » aux nouveaux arrivants. Je ne voyais pas cela d'un très bon œil mais je les comprenais. Minneapolis était en train d'évoluer et mon petit commerce tranquille risquait lui aussi de prendre une tout autre tournure.

Préférence pour le tutoriel

Une mission, Jayden faisant déjà parti des Millenium en 2040.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 6 Mar 2017 - 12:23
Bienvenue sur le forum, Jayden !

Très belle histoire, qui en plus de prendre en compte le contexte alors que le forum n'est qu'en préouverture, inclut des choses intéressantes (les indiens qui peuvent effectivement se trouver à Fort Peck !). Aucune erreur chronologique à première vue, tout est bon. La description rapide est facilement retrouvée dans l'histoire.

Du coup, je te valide avec plaisir en tant que Millenium et te souhaite bon courage pour ton tutoriel !

Accéder à ton tutoriel

Bon jeu sur Less Is More !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jayden Demers

Page 1 sur 1

Less Is More :: Préface :: Présentations :: Présentations validées
Sauter vers: